En 1971, Ray Tomlinson, un programmeur travaillant sur un projet pour le MIT, que nous pourrions tout simplement appeler aujourd’hui  “Internet”, envoie le premier e-mail. Quelques années plus tard, en 1978, Gary Thuerk – un employé de Digital Equipment Corporation – envoie la première campagne d’e-mail marketing. Il n’y eut que 400 destinataires, mais le résultat fut surprenant et se traduisit par 13 millions de dollars de ventes.

Aujourd’hui, l’e-mail est sur le point fêter son 50ème anniversaire, et bien que la plupart des technologies inventées il y a un demi-siècle semblent désespérément obsolètes, l’e-mail  continue d’afficher des résultats incroyablement élevés en termes de retour sur investissement par rapport aux autres (nouveaux) moyens de communication.

Le monde compte près de 3 milliards d’utilisateurs de messagerie électronique, avec plus de 110 milliards d’emails envoyés chaque jour. Il n’est donc pas étonnant que le courrier électronique reste l’un des moyens les plus puissants dont disposent les entreprises pour commercialiser et lancer leurs produits. D’autres canaux et technologies évoluent, mais la popularité du courrier électronique ne montre aucun signe de ralentissement.

Voici quelques raisons :

C’est la forme de communication la plus utilisée

En plus d’avoir un nombre d’utilisateurs qui dépasse celui de tout autre canal, une étude du Campaign Monitor (juillet 2019) reporte que plus de la moitié des utilisateurs interrogés préfèrent recevoir des communications commerciales par e-mail, par rapport aux SMS ou aux notifications push. Les recherches semblent indiquer que cela s’applique à différents secteurs : le commerce de détail, les voyages et loisirs, les médias numériques, les associations à but non lucratif et le B2B, où son utilisation quotidienne atteint les plus hauts niveaux.

Un retour sur investissement et un engagement confirmés

Étant donné le nombre d’utilisateurs qui affirment  préférer le courrier électronique aux autres canaux, il n’est pas surprenant que celui-ci offre un retour sur investissement (ROI) incroyablement élevé.

Selon une étude d’Optin Monster (janvier 2020), l’email marketing pourrait offrir un retour sur investissement allant jusqu’à 4400%.

Un taux aussi élevé est certainement dû au fait que le prix d’achats des listes et le coût d’envoi ont un impact minimal sur le coût global. Mais ce n’est pas tout : dans une campagne d’e-mailing bien ciblée, le destinataire est légitimement intéressé par ce que vous proposez et sera donc plus enclin à interagir avec votre marque.

Le regard alarmiste porté sur la nouvelle réglementation GDPR a fait craindre à de nombreux spécialistes du marketing des effets négatifs sur leurs campagnes d’e-mailing, mais plus d’un an après son introduction, on peut dire que le RGPD  a apporté tout sauf des effets négatifs.

Les entreprises sont désormais tenues d’être plus conscientes et plus rigoureuses lors de l’acquisition, l’utilisation et la gestion de leurs bases de données de contacts. La même transparence et la même attention sont requises de la part des entreprises qui, comme Bancomail, fournissent des listes de courrier électronique. Dans ce secteur, le respect de la réglementation doit faire l’objet d’une forme contractuelle avec le client. C’est précisément la qualité des contacts qui détermine le succès de la campagne.

Aujourd’hui, avec le RGPD, nous nous assurons que la pertinence entre le message et les destinataires du courriel soit garantie, il est donc fort probable que les e-mails continuent à avoir des taux d’utilisation plus élevés que d’autres formes de communication numérique (la recherche d’OptinMonster montre un taux d’utilisation moyen de 22,86% par rapport à la moyenne de 0,6% des principaux réseaux sociaux).

L’e-mail évolue et intègre de nouvelles technologies

À presque cinquante ans, l’e-mail  ne serait plus aussi efficace s’il n’avait pas évolué avec le temps.

La plupart des courriers électroniques étant accessibles depuis un téléphone portable, les messages reçus deviennent de plus en plus contextuels. Les données comportementales et la géolocalisation permettent de s’assurer que les consommateurs reçoivent les dernières nouvelles au moment où elles sont lues. L’hyperpersonnalisation et la micro-segmentation conduisent ainsi à la SVC, single view of the customer, un référentiel client unique.  La connaissance et l’intelligence artificielle se combinent pour aider les entreprises à anticiper les besoins et à les satisfaire grâce à une personnalisation instantanée et en constante évolution. L’email marketing “1 to many” devient “1 to 1” aussi facilement qu’auparavant.

Email = Succès ?

S’il est évident que l’e-mail en soi continuera d’être pertinent bien au-delà de son 50ème anniversaire, il appartient aux entreprises individuelles d’en tirer profit et de l’exploiter.

L’e-mail est un excellent outil de marketing, mais seulement si vous l’utilisez en tenant compte des attentes de vos destinataires. Les professionnels du marketing doivent s’assurer qu’ils ne gaspillent pas cette ressource, malgré ses capacités d’adaptation.